The innovations behind Morocco’s internationally praised Covid-19 response

Text size +-
Recommend

En Français

Morocco received praise from the EU at the end of April for its quick, effective and coordinated response to the coronavirus pandemic.

The country was one of the first in the MENA region to implement strict lockdown measures: schools were closed on March 13 and a state of emergency declared on March 19, later extended until June 10.

An extensive programme of measures seems to be having an effect. While the total number of cases as of May 19 stood at 7023 and fatalities at 193, the daily mortality rate has dropped significantly since its peak in early to mid-April.

In the same announcement, the EU also joined organisations such as the Pan-African Parliament in welcoming King Mohammed VI’s proposal for a continental initiative to pool knowledge and resources in the fight against the virus.

In addition, it was announced that the EU would provide €450m to Morocco’s Special Fund for the Management and Response to Covid-19, established on March 15 to upgrade health infrastructure and support the worst-affected sectors of the economy.

Industry steps up

As OBG has detailed, a central component of Morocco’s Covid-19 response has been broad-based industrial mobilisation.

The country was well placed to leverage its industrial sector, which in recent years had been restructured in line with the Industrial Acceleration Plan 2014-20. During this period, more than 400,000 new jobs were created and 54 industrial systems established, including in automobiles, textiles and aeronautics.

The textile sector – which employed more than 185,000 workers in 1600 companies at the end of last year, representing 15% of industrial GDP – has proven particularly instrumental.

In early March many textile and clothing firms began manufacturing medical masks, targeting a production capacity of 5m units by mid-April.

Alongside this, the Lamatem industrial unit in Berrechid – which was inaugurated in October 2019 and specialises in medical textiles – committed to meeting the state health system’s medical equipment needs.

As a result of this mobilisation, the government was able to arrange the distribution of masks – through the networks of two dairy companies – to around 70,000 sales outlets, and fixed their price at Dh0.80 ($0.10).

Subsequently, on April 7 it was made obligatory to wear medical masks in public spaces and workplaces.

Health care solutions

Alongside increases in production, researchers have been developing locally produced health care solutions.

Soon after the lockdown was imposed, Rabat International University began producing and distributing masks to hospitals, as well as working on the development of a more durable type of mask.

Meanwhile, in April a group of Moroccan engineers from Mohammed VI Polytechnic University announced the development of two “100% Moroccan” devices: an artificial respirator and an infrared thermometer.

Innovative digital approaches have also played a part, particularly in terms of the sharing of information.

On March 30 the Ministry of Health launched an app for doctors and medical staff to pool strategies and know-how.

Parallel to this, engineers, entrepreneurs and technicians launched a digital platform called Ingénierie VS COVID19MAROC (‘Engineering versus Covid-19, Morocco’), designed to share expertise and support essential workers with innovative engineering.

Finally, French-Moroccan start-up Dakibot recently made available a free chatbot that provides automatic answers in Moroccan Arabic to coronavirus-related questions.

Contactless solutions point to a digital future

Beyond the medical sector, Morocco’s response to Covid-19 has been defined by the deployment of adaptive digital interfaces.

For example, the Ministry of Education has set up an e-learning platform to ensure continuity in education, although concerns have been expressed as to the limited number of students who can access digital formats. Partly in response to such concerns, public television and radio are also programming content for students.

To facilitate trade, Customs procedures can now be processed online through PortNet, a single window for foreign trade procedures.

“Morocco has embarked on a major digital transformation agenda that has been accelerated by Covid-19, particularly at the level of public administration, where the main challenge has been twofold: on the one hand ensuring the continuity of public services, and, on the other, ensuring remote work for public sector employees and civil servants during lockdown,” Mohamed Faïcal Nebri, head of strategy, development, cooperation and communication at Morocco’s Digital Development Agency, told OBG.

Furthermore, applications are also being used to support more specific, vulnerable portions of society.

Women are likely to be disproportionately impacted by the economic consequences of the pandemic. As part of its programme to support female entrepreneurs in Morocco, the European Bank for Reconstruction and Development has launched a series of online training courses to strengthen crisis management and digital marketing skills in light of the pandemic.

In total, more than 2.4m Moroccans work in the informal sector, and are hence particularly at risk. To address this, soon after lockdown began the Economic Monitoring Committee set up a digital database on which people without a social security number are able to register for economic support.

By entering their name and ID card number, they receive a text message authorising them to withdraw a lump sum, calculated according to the size of their household, at one of 10,000 banks and ATMs across the country.

Going forward, it has been speculated that this initiative could be leveraged to incorporate more informal workers into the formal economy.

All in all, digital innovations have streamlined a number of areas of the economy in potentially permanent ways. It is hoped that processes and technologies developed in response to the pandemic can be adapted and maintained once it has subsided.

“Today the momentum has been unleashed but there is still work to be done to avoid the risk of going back to old habits in the aftermath of the pandemic,” Nebri told OBG. “Therefore, it is crucial to pursue digital transformation and hedge against a potential slowdown, all the while supporting partners in order to instil a digital culture in Morocco and enhance value added.”

 

 

In English

Au Maroc, une réponse au Covid-19 internationalement saluée

La réponse marocaine à la pandémie de coronavirus a été saluée fin avril par l’UE pour sa rapidité, son efficacité et sa coordination.

Le pays a été l’un des premiers de la région MENA à instaurer des mesures strictes de confinement : les écoles ont été fermées le 13 mars et un état d’urgence déclaré le 19 mars, prolongé ultérieurement jusqu’au 10 juin.

Le vaste programme de mesures mis en place semble avoir porté ses fruits. Si en date du 19 mai le nombre de cas s’élevait à 6950 et le nombre de morts à 192, le bilan des décès quotidien a considérablement baissé depuis le pic enregistré à la mi-avril.

Dans le même communiqué, l’UE a également rejoint des organisations telles que le Parlement panafricain, saluant la proposition du roi Mohammed VI de lancer une initiative africaine afin de mutualiser les connaissances et les ressources dans la lutte contre le virus.

Il a en outre été annoncé que l’UE allait contribuer à hauteur de 450 millions d’euros au Fonds Spécial pour la Gestion de la Pandémie du Covid-19, lancé le 15 mars et destiné à moderniser les infrastructures de santé et à soutenir les secteurs économiques les plus touchés.

Mobilisation de l’industrie

Comme l’a expliqué OBG en détail, une vaste mobilisation de l’industrie a constitué l’un des éléments centraux de la réponse du Maroc au Covid-19.

Le pays était bien placé pour mettre à profit son secteur industriel, ce dernier ayant fait l’objet de restructurations ces dernières années dans le cadre du Plan d’Accélération Industrielle 2014-2020. Pendant cette période, plus de 400 000 emplois ont été créés et 54 systèmes industriels été mis en place, notamment dans les secteurs de l’automobile, du textile et de l’aéronautique.

Le secteur textile – qui employait plus de 185 000 personnes dans 1600 entreprises à la fin de l’année dernière, représentant 15% du PIB industriel – a joué un rôle particulièrement important.

Début mars, de nombreuses entreprises de textile et d’habillement se sont lancées dans la fabrication de masques médicaux, visant une capacité de production de 5 millions d’unités d’ici la mi-avril.

En outre, l’unité industrielle de Lamatem à Berrechid, inaugurée en octobre dernier et spécialisée dans la production de textile à usage médical, s’est engagée à satisfaire les besoins du système de santé public marocain en termes de produits textiles médicaux.

Grâce à cette mobilisation, le gouvernement a pu distribuer des masques – en utilisant les réseaux de deux entreprises de produits laitiers - à environ 70 000 points de vente, fixant leur prix de vente unitaire à 0,80 dirham (0,10 euro).

Le 7 avril, le port d’un masque médical a été rendu obligatoire dans les lieux publics et sur les lieux de travail.

Innovations dans le domaine de la santé

Parallèlement aux hausses de production, les chercheurs se sont employés à développer des solutions pour le secteur de la santé produites au Maroc.

Peu de temps après l’entrée en vigueur du confinement, l’Université Internationale de Rabat a commencé à produire et à distribuer des masques aux hôpitaux, tout en s’attelant à l’élaboration d’un type de masque plus durable.

Par ailleurs, au mois d’avril, un groupe d’ingénieurs marocains de l’Université Mohammed VI Polytechnique a annoncé le développement de deux appareils « 100% marocains » : un ventilateur automatique et un thermomètre infrarouge.

Des approches numériques innovantes ont également joué un rôle, notamment en ce qui concerne le partage des informations.

Le 30 mars le Ministère de la Santé a lancé une application permettant aux médecins et aux professionnels de santé de mutualiser leurs stratégies et leurs connaissances.

Parallèlement à ce dispositif, des ingénieurs, entrepreneurs et techniciens ont lancé une plateforme numérique baptisée Ingénierie VS COVID19MAROC destinée au partage d’expérience et au soutien des travailleurs essentiels au moyen de technologies innovantes.

Enfin, la start-up franco-marocaine Dakibot a récemment mis gratuitement à disposition un chatbot qui apporte automatiquement des réponses en arabe marocain aux questions en lien avec le coronavirus.

Des solutions sans contact ouvrent la voie à un avenir numérique

La réponse marocaine au Covid-19 ne s’est pas limitée au secteur médical ; elle s’est en effet illustrée par le déploiement d’interfaces numériques adaptatives.

Le Ministère de l’Education a par exemple mis en place une plateforme d’e-learning afin d’assurer la continuité éducative. Des préoccupations ont toutefois été exprimées quant au nombre limité d’élèves disposant d’un accès au numérique. En partie pour tenter de répondre à de telles préoccupations, la télévision et la radio publique programment également des contenus pédagogiques.

Pour faciliter les échanges commerciaux, les formalités douanières peuvent désormais être effectuées en ligne sur PortNet, un guichet unique des procédures du commerce international.

"Le Maroc a entamé une transformation digitale importante qui a été accélérée par le Covid-19, notamment au niveau des administrations marocaines qui ont dû relever deux principaux défis : d’une part assurer la continuité des services publics, et d’une autre part, assurer le télétravail des fonctionnaires et agents publics pendant le confinement," déclare à OBG Mohamed Faïçal Nebri, Responsable du département stratégie, développement, coopération et communication à l’Agence de Développement du Digital.

En outre, des applications sont également utilisées pour venir en aide plus spécifiquement à des pans vulnérables de la population.

Les femmes risquent fort d’être impactées de manière disproportionnée par les conséquences économiques de la pandémie. Dans le cadre de son programme de soutien à l’entreprenariat féminin au Maroc, la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) a lancé une série de formations en ligne destinées à renforcer les compétences en marketing numérique et en gestion de crise dans le contexte de la pandémie.

En tout, plus de 2,4 millions de Marocains travaillent dans le secteur informel et risquent donc d’être particulièrement impactés par la crise. Pour répondre à ce problème, peu après le début du confinement, le Comité de Veille Economique a mis en place une base de données numérique où peuvent s’inscrire les personnes non affiliées à la sécurité sociale afin de bénéficier d’aides financières.

Une fois entrés leur nom et numéro de carte d’identité, les bénéficiaires reçoivent un SMS autorisant le retrait d’une somme calculée en fonction de la taille du foyer dans l’un des 10 000 distributeurs automatiques et guichets bancaires du pays.

A l’avenir, cette initiative pourrait être mise à profit afin d’intégrer plus de travailleurs du secteur informel dans l’économie formelle.

Dans l’ensemble, les innovations numériques ont permis de rationnaliser de multiples secteurs de l’économie, potentiellement de manière durable. Reste à espérer que les procédures et technologies mises en place dans le cadre de la stratégie de lutte contre la pandémie pourront être adaptées et maintenues une fois la crise passée.

"Aujourd’hui il y a une dynamique qui s’est enclenchée, mais il reste encore du chemin à parcourir car le risque d'un retour aux anciennes habitudes une fois l'épidémie terminée y est encore," ajoute Nebri. "Cependant, il est important d'assurer la continuité de cette la transformation digitale pour qu´elle ne soit pas ralentie, et accompagner nos partenaires pour instaurer une culture digitale et développer des structures à forte valeur ajoutée."

Covid-19 Economic Impact Assessments

Stay updated on how some of the world’s most promising markets are being affected by the Covid-19 pandemic, and what actions governments and private businesses are taking to mitigate challenges and ensure their long-term growth story continues.

Register now and also receive a complimentary 2-month licence to the OBG Research Terminal.

Register Here×

Product successfully added to shopping cart

Read Next:

In Morocco

Le Maroc planche sur une fiscalité plus équitable

Suite à la tenue d’assises nationales de la fiscalité, une série de mesures ont été proposées, avec pour objectif une amélioration de l’environnement fiscal au Maroc.

In Economy

¿Cuál será el impacto de la reforma laboral de México?

México ha instaurado una nueva ley laboral, en un esfuerzo por racionalizar las disputas industriales y mejorar la protección de los trabajadores.

Latest

Covid-19 and Latin American agriculture: can innovation overcome the...

Although the coronavirus pandemic has created significant challenges for the Latin American agricultural sector, it has also created opportunities for innovation and the expansion of home-grown...