Innovation at the heart of the Covid-19 crisis in Tunisia

Text size +-
Recommend

En Français

As of April 8, Tunisia had recorded 628 confirmed cases of Covid-19 and 24 deaths, out of a global count of 1.5m infections and 88,000 fatalities.

The country recorded its first case on March 2, only days after Parliament approved the new government under Prime Minister Elyes Fakhfakh, on February 26.

In a bid to contain the virus outbreak, the government announced that passenger ferry services to Italy would be suspended on March 4, while flight, ferry and shipping activity with the country was further scaled back on March 9.

As of March 12, school classes had been suspended nationwide, which was followed the next day by the partial closure of cafes, restaurants and night clubs, and the suspension of collective prayers, conferences and cultural activities.

International flights were suspended and borders were closed on March 16, while on March 22 President Kais Saied ordered a full lockdown – preventing people from leaving their homes, except for medical reasons and to purchase necessities. While initially in place until April 4, it has since been extended to April 20.

To combat the social and economic impacts of the pandemic, on March 23 Prime Minister Fakhfakh announced that the government was setting aside TD2.5bn ($860.3m) as part of a stimulus package. Measures included delaying tax debts, postponing taxes on small and medium-sized enterprises for three months, along with the allocation of TD300m ($103.2m) in unemployment benefits and TD150m ($51.6m) in financial assistance for underprivileged families.

Although most economic activity remains on standby, businesses throughout the country are mobilising to support the government’s effort to combat the pandemic and meet the needs of its health care sector.

Capitalising on a well-established industrial sector 

Thanks to a robust and diverse industrial base comprising more than 5300 companies and over 522,000 employees, Tunisia is well positioned to address the country’s needs for manufactured goods, particularly those destined for the health care sector. 

“A number of companies, including foreign businesses, are already fully engaged in the fight against Covid-19, with contributions ranging from donations to redirecting production to supply the health care industry with medical gear and equipment,” Abdelbasset Ghanmi, general manager of the Foreign Investment Promotion Agency, told OBG. 

“Such initiatives clearly demonstrate the strong potential of Tunisia’s industrial base and, more broadly, its drive to unite the public sector, private sector and civil society in addressing the crisis.”

One of the companies involved in this effort is Consomed, a medical equipment manufacturer that is currently operating double shifts to produce 50,000 face masks daily. 

Located in the governorate of Kairouan, 160 km south of capital Tunis, the company garnered international attention in late March after 150 employees opted to move to the factory’s dormitory facilities to self-isolate, as part of an effort to protect against the spread of the virus and ensure a continuation of operations.
 
The increased production is significant given that on April 6 Abdellatif Mekki, the minister of health, announced that wearing protective face masks would be compulsory both during and after the lockdown period. 

With over 1600 textile companies operating throughout the country, accounting for over 30% of all manufacturing jobs, Tunisia is undoubtedly well positioned to take on the challenge of meeting demand. 

“Tunisia’s textile industry has the know-how and capacity to address the needs of the health care sector in terms of protective clothing and face masks,” Kamel Zarrad, CEO of Sartex, told OBG.

Located in the governorate of Monastir, Sartex is a local denim and sportswear manufacturer that has converted part of its production line to make face masks. 

“Like most companies we are currently operating with reduced capacity. Recovery for most of the industry will need to take place in phases, all the while adhering to strict health and safety measures,” Zarrad said. 

Leveraging technology and local skills 

Building on its industrial successes, Tunisia has also in recent years been lauded for its investments in high-value segments such as electronics, engineering and technology, many of which are now supporting the fight against Covid-19. 

In Beja, in the country’s north, engineers from German automotive parts manufacturer Kromberg & Schuber have developed face shields using 3D printing technology. Relying exclusively on existing raw materials and equipment, the company was able to produce around 30 pieces, all of which it donated to the regional hospital of Beja.

In a similar move, France’s Orange Foundation, in collaboration with the Ministry of Health, has been supporting six Solidarity FabLabs in Tunis, Sfax and Gabes in the production of face shields for hospital staff, created by using laser-cutting machines. Sfax’s Djagora FabLab alone has been producing 1500 shields daily since March 20.

The Orange Solidarity FabLab concept targets young people aged 12 to 25 who have left conventional education and offers them the opportunity to pursue free training to develop digital and technological skills.

In another development to support medical staff, German automotive component supplier Dräxlmaier Tunisia donated a locally manufactured robot to Abderrahmen Mami Hospital in Tunis to assist patients with Covid-19 through telemedicine. 

Named Veasense and produced by local start-up Enova Robotics, the robot allows the hospital’s health care staff to remotely conduct preliminary diagnoses and monitor patients without physical contact.

Furthermore, Enova Robotics is also the engineer of another innovation supporting the country in its fight against Covid-19. 

First seen on the streets of Tunis on March 24, PGuard, a robot ground vehicle, was acquired by the Ministry of Interior to assist with the enforcement of the country’s lockdown rules. 

The device, controlled remotely by Tunisian officers, includes infrared and thermal cameras, an audio system, a GPS, and a sound and light alarm system that allows officers to request identification papers and issue verbal warnings to those breaching lockdown rules.

Future prospects

To a great extent, Tunisia’s future economic prospects will depend on its ability to leverage its resources – notably its skilled labour force – to tackle the ongoing Covid-19 crisis, as well as its ability to get business up and running again. 

“Tunisia needs to focus on putting a solid post-lockdown strategy in place in order to allow businesses to gradually and safely resume work,” Wissem Badri, general director at Kromberg & Schubert Tunisia, told OBG. “This is particularly important for exporting industries such as the automotive components sector, especially as economic activity and international demand for Tunisian manufactured goods picks up again.”

Going back to work in post-lockdown Tunisia is expected to come with a number of changes, especially in regard to health and safety measures. Behavioural adjustments will need to be made as well as a great deal of awareness on the precautions to take when working and commuting. 

Tunisia’s economy has struggled to resume pre-revolution growth levels, with annual GDP averaging 1.8% between 2011 and 2019, against 4.4% between 2005 and 2010.

While the country has seen investment levels evolve favourably in recent years and implemented encouraging legislation such as the Transversal Law and the Start-up Act, structural challenges such as its growing public debt, the devaluation of the dinar and dwindling foreign currency reserves are likely to be among some of the other pressing issues it will need to address as activity resumes.
 

 

L’innovation au cœur de la crise du Covid-19 en Tunisie

In English

Le 8 avril, la Tunisie recensait 628 cas confirmés de Covid-19 et 24 décès, à l’heure où le bilan mondial s’élevait à 1,5 million d’infections et 88 000 morts.

Le pays a enregistré son premier cas le 2 mars, quelques jours seulement après le vote de confiance accordé par le Parlement au nouveau gouvernement du Premier Ministre Elyes Fakhfakh, le 26 février.

Pour tenter de contenir l’épidémie, le gouvernement a annoncé le 4 mars la suspension des liaisons maritimes entre Tunis et le nord de l’Italie puis, le 9 mars, une réduction supplémentaire des liaisons aériennes, maritimes et du transport de marchandises avec le pays.

Le 12 mars, les établissements scolaires et universitaires ont fermé suivi le lendemain par une fermeture partielle des cafés, restaurants et discothèques, ainsi que la suspension des prières collectives, des conférences et des activités culturelles.

Les liaisons aériennes internationales ont été suspendues et les frontières fermées le 16 mars, et le 22 mars le Président Kais Saied a ordonné un confinement total – interdisant aux habitants de quitter leur domicile, sauf pour des raisons médicales et pour acheter des produits de première nécessité. Initialement prévu jusqu’au 4 avril, il a depuis été prolongé jusqu’au 20 avril.

Afin de lutter contre les retombées économiques et sociales de la pandémie, le Premier Ministre Fakhfakh a annoncé le 23 mars un plan d’aide de 2,5 milliards de dinars (860,3 millions de dollars). Parmi les mesures prévues, on peut citer un report du paiement des dettes fiscales, un report du paiement des impôts pendant trois mois pour les petites et moyennes entreprises, ainsi que la mise en place d’une ligne de financement de 300 millions de dinars (103,2 millions de dollars) pour soutenir les personnes mises au chômage technique et de 150 millions de dinars (51,6 millions de dollars) pour apporter une aide financière aux familles démunies.

Alors que la plupart des activités économiques restent à l’arrêt, certaines entreprises à travers le pays se mobilisent pour soutenir les efforts déployés par le gouvernement afin de lutter contre la pandémie et répondre aux besoins du secteur de la santé.

Tirer profit d’un secteur industriel bien établi

Disposant d’une base industrielle solide et variée, et comptant plus de 5300 entreprises et 522 000 employés, la Tunisie est bien armée pour satisfaire les besoins du pays en produits manufacturés, notamment ceux qui sont destinés au secteur de la santé.

« Un certain nombre d’entreprises dont celles étrangères ont d’ores et déjà contribué à l’effort national de lutte contre le Covid-19. Ces actions ont pris la forme de dons ou encore de réorientation de leurs appareils productifs afin de fournir du matériel et des équipements médicaux au secteur de la santé, » a déclaré Abdelbasset Ghanmi, Directeur Général de l’Agence de Promotion de l’Investissement Extérieur (FIPA), à OBG.

« De telles initiatives illustrent clairement le fort potentiel du tissu industriel tunisien et, plus généralement, sa volonté de réunir le secteur public, le secteur privé et la société civile pour apporter des réponses à la crise. »

L’une des entreprises participant à cet effort est Consomed, un fabricant de produits médicaux qui a doublé son temps de travail afin de produire 50 000 masques par jour.

Située dans le gouvernorat de Kairouan, à 160 km au sud de la capitale Tunis, l’entreprise a attiré l’attention internationale fin mars lorsque 150 de ses employés ont accepté de se confiner dans les locaux de l’usine, où des dortoirs ont été installés, dans le cadre des efforts déployés afin de lutter contre la propagation du virus et d’assurer la continuité des activités.

L’augmentation de la production est particulièrement importante dans la mesure où le Ministre de la Santé Abdellatif Mekki a annoncé le 6 avril que le port de masques de protection serait obligatoire pendant et après la période de confinement.

Comptant plus de 1600 usines textiles sur l’ensemble de son territoire, qui représentent plus de 30% des emplois du secteur manufacturier, la Tunisie est indéniablement bien placée pour relever le défi de la demande accrue.

« Le secteur du textile tunisien possède le savoir-faire et la capacité qu'il faut pour adresser les besoins du système de santé en termes de vêtements de protection et de masques, » a déclaré Kamel Zarrad, PDG de Sartex, à OBG.

Située dans le gouvernorat de Monastir, l'entreprise tunisienne qui se spécialise dans la production de produits finis en denim, a converti une partie de sa ligne de production pour fabriquer des masques de protection.

« Comme la plupart des entreprises, nous opérons actuellement à capacité réduite. La relance du secteur devrait se faire en plusieurs phases, tout en adhérant à des mesures strictes de santé et de sécurité, » a ajouté Zarrad.

Miser sur la technologie et les compétences locales

Forte de ses succès dans le secteur industriel, la Tunisie a également été saluée ces dernières années pour ses investissements dans des segments à forte valeur ajoutée tels que l’électronique, l’ingénierie et la technologie, dont bon nombre contribuent désormais la lutte contre le Covid-19.

A Béja, dans le nord du pays, des ingénieurs de la société allemande Kromberg & Schubert[AL1] , spécialisée dans le câblage automobile, ont développé des visières de protection grâce à la technologie d’impression 3D. L’entreprise a ainsi pu produire environ une trentaine d’unités en utilisant uniquement des matières premières et équipements existants, et dont elle a fait don à l’hôpital régional de Béja.

De même, en collaboration avec le ministère de la santé, la Fondation Orange soutient six FabLabs Solidaires à Tunis, Sfax et Gabès, qui s'attèlent à fabriquer des visières de protection pour le personnel de santé avec des machines de découpe laser.

A elle seule, la FabLab de Sfax, Djagora, fabrique 1500 visières quotidiennement depuis le 20 mars

Les FabLabs Solidaires d’Orange relèvent d’un programme dédié aux jeunes de 12 à 25 ans qui sont en rupture avec l’enseignement classique, et leur offre l’opportunité de développer des compétences numériques et techniques.  

Autre initiative de soutien du personnel médical, le fournisseur allemand de composants automobiles Dräxlmaier Tunisie a fait don à l’Hôpital Abderrahmen Mami de Tunis d’un robot fabriqué localement afin d’aider les patients atteints du Covid-19 par le biais de la télémédecine.

Baptisé Veasense et produit par la start-up tunisienne Enova Robotics, le robot permet au personnel de santé de l’hôpital d’effectuer un diagnostic préliminaire à distance et de contrôler l’état des patients sans contact physique.

Enova Robotics est également à l’origine d’une autre innovation aidant le pays dans son combat contre le Covid-19.

Ayant fait sa première apparition dans les rues de Tunis le 24 mars, le robot PGuard, un drone terrestre, a été acquis par le Ministère de l’Intérieur afin de faire respecter les règles de confinement actuellement en vigueur dans le pays.

L’appareil, contrôlé à distance par des officiers tunisiens, comporte des caméras infrarouges et thermiques, un système audio, un GPS, et un système d’alarme lumineux et sonore qui permet aux officiers de contrôler les papiers d’identité des habitants et de diffuser des avertissements audio à destination des contrevenants aux règles du confinement.

Perspectives d’avenir

Les perspectives économiques futures de la Tunisie dépendront en grande partie de sa capacité dans la lutte contre le Covid-19 de miser sur ses atouts – notamment sa main d’œuvre compétente et qualifiée – ainsi que son pouvoir de remettre sur pied son activité économique. 

« La Tunisie doit s’atteler à mettre en place une stratégie solide pour le post-confinement afin que les entreprises puissent reprendre progressivement le travail, en toute sécurité, » a déclaré Wissem Badri, le Directeur Général de Kromberg & Schubert Tunisie, à OBG. « Ceci est d’autant plus important pour les industries exportatrices, comme le segment des composants automobiles, en particulier lorsque les activités économiques et la demande internationale de produits manufacturés tunisiens repartiront à la hausse. »

Le retour au travail en Tunisie s’accompagnera manifestement d’un certain nombre de changements, surtout dans l’application des mesures de santé et de sécurité. Ceci nécessitera un ajustement des comportements face à la situation ainsi qu’une sensibilisation importante aux précautions à adopter sur le lieu du travail ainsi que pendant les déplacements depuis et vers le travail.    

L’économie tunisienne peine à retrouver son niveau de croissance d’avant 2011, avec une évolution annuelle moyenne du PIB de l’ordre de 1.8% entre 2011 et 2019, contre 4.4% entre 2005 et 2010. 

Bien que le niveau des investissements ait évolué à la hausse au cours de ces quelques dernières années et que le pays ait introduit des initiatives encourageantes comme la Loi Transversale et la Startup Act, la Tunisie aura aussi comme défis d’adresser un certain nombre de domaines prioritaires comme la pression qui s’exerce sur la dette publique et les réserves de changes ainsi que la dévaluation du dinar tunisien.    
 

Covid-19 Economic Impact Assessments

Stay updated on how some of the world’s most promising markets are being affected by the Covid-19 pandemic, and what actions governments and private businesses are taking to mitigate challenges and ensure their long-term growth story continues.

Register now and also receive a complimentary 2-month licence to the OBG Research Terminal.

Register Here×

Product successfully added to shopping cart

Read Next:

In Tunisia

Une nouvelle loi devrait stimuler les investissements en Tunisie

La Tunisie a récemment adopté un projet de loi visant à aligner la législation applicable aux entreprises sur les pratiques internationales, avec pour objectif d’attirer les investissements et de...

In Industry

New park in Sharjah to increase opportunities in food processing

New projects and investments related to food processing are strengthening Sharjah’s manufacturing sector and lending themselves to attempts to improve food security across the UAE.

Latest

Covid-19 and Latin American agriculture: can innovation overcome the...

Although the coronavirus pandemic has created significant challenges for the Latin American agricultural sector, it has also created opportunities for innovation and the expansion of home-grown...