Des perspectives au beau fixe pour le secteur du tourisme en Tunisie après une année 2018 record

Text size +-
Recommend

In English

Une sécurité renforcée a contribué à mettre le secteur touristique tunisien sur la voie de la reprise, celui-ci enregistrant une croissance à deux chiffres du nombre d’arrivées au cours des deux dernières années, même si l’évolution des recettes s’effectue à un rythme moins soutenu que celle du nombre de visiteurs.

La Tunisie a connu un pic touristique au cours du premier mois de l’année, le Ministère du Tourisme annonçant une augmentation de 25,1% du nombre d’arrivées en janvier, avec 474 145 visiteurs enregistrés.

Cette hausse est principalement le fait de visiteurs étrangers : les 387 652 visiteurs étrangers ont représenté une hausse de 31% en glissement annuel, tandis que l’augmentation des arrivées de visiteurs tunisiens résidant à l’étranger, au nombre de 86 493, a été plus modeste, s’élevant à 3,7%.

Ces chiffres s’inscrivent dans la lignée des bons résultats de 2018, où la Tunisie avait enregistré 8,3 millions d’arrivées étrangères, dépassant la prévision de 8 millions de touristes émise en début d’année, et maintenant la dynamique enclenchée en 2017, où le nombre d’arrivées avait grimpé de 23% pour atteindre 7 millions.

Les résultats de 2018 ont établi un nouveau record, dépassant les 7,1 millions d’arrivées enregistrées en 2014, la dernière année complète avant les attentats très médiatisés de juin et novembre 2015.

Selon les prévisions officielles, le secteur devrait encore une fois battre des records en 2019, avec 9 millions d’arrivées attendues, et des recettes qui devraient dépasser les 1,36 milliard de dollars enregistrés en 2018. Une croissance prometteuse devrait se poursuivre en provenance des marchés russe et algérien, comme européen.

Cette expansion va dans le sens des objectifs fixés par la stratégie de développement touristique tunisienne Vision 3+1, qui vise à moderniser le secteur en allongeant la durée de la saison touristique, en attirant des visiteurs en provenance de plus nombreux pays et en améliorant la qualité des services et des produits.

Tourisme et perspectives économiques plus générales

L’impact économique des résultats du secteur du tourisme l’an dernier a également été noté par le FMI.

Le secteur contribue au PIB à hauteur de 8% et fournit plus de 400 000 emplois directs, la plupart dans le cadre de contrats saisonniers, selon des données officielles.

Dans un communiqué publié le 9 avril, le FMI citait le secteur touristique comme l’un des principaux contributeurs à la croissance de 2,6% du PIB enregistrée l’an dernier. Le FMI prévoit une croissance économique en hausse légèrement plus importante pour cette année encore, avec une prévision de 2,7%.

L’institution internationale a toutefois mis en garde contre les défis qui pourraient peser sur le secteur touristique, notamment le regain potentiel des tensions régionales, qui pourraient avoir des répercussions négatives sur la perception de la destination par les visiteurs, ainsi qu’un ralentissement de la croissance parmi les partenaires commerciaux de la Tunisie au sein de l’UE, qui pourrait réduire les revenus disponibles en provenance de ces pays.

Une hausse des coûts qui se répercute sur les profits

En effet, si le nombre d’arrivées enregistre une hausse, le secteur touristique tunisien reste sous pression, affichant des dépenses accrues pour les professionnels du secteur mais des dépenses par visiteur évoluant à la baisse.

Les entreprises du secteur hôtelier utilisant des équipements et des technologies importés ont vu leurs dépenses augmenter en raison de la dépréciation du dinar, se voyant ainsi encouragés à acheter des produits de moindre qualité afin de respecter leurs budgets, selon Boumiza Foued, gérant de l’entreprise Biens d’Équipements Hôteliers (BEH).

« Pour des raisons de budget, les entreprises ont dû réduire leurs dépenses d’investissement d’environ 30%, » a déclaré M. Foued à OBG.

Walid Kaffel, directeur général de l’entreprise de location de véhicules Budget Tunisie, a abondé dans le même sens, notant que l’inflation avait rendu le renouvellement du parc automobile plus onéreux. « Les prix des voitures ont doublé ces dix dernières années, » a-t-il expliqué à OBG.

M. Kaffel a lui aussi souligné le fait que si le nombre de visiteurs étrangers avait augmenté, les dépenses par visiteur étaient en baisse. « Il y une augmentation en volume mais pas en valeur, » a-t-il déclaré. «Les touristes dépensent bien moins en Tunisie que dans les pays voisins tel que le Maroc, qui enregistre pourtant un nombre de visiteurs du même ordre. »

Ces dépenses par visiteur plus basses pourraient être le reflet des prix plus bas pratiqués sur le marché tunisien, qui dopent l’attractivité du pays en tant que destination touristique, tout comme la dépréciation du dinar, qui fait de la Tunisie une destination plus abordable pour de nombreux étrangers.

Une amélioration dans les classements internationaux en matière de sécurité

De nombreux pays ont déconseillé à leurs citoyens de se rendre en Tunisie suite aux attentats de 2015 mais bon nombre de ces conseils aux voyageurs ont depuis lors été modifiés au vu de l’amélioration de la situation sécuritaire, encourageant un développement positif de la confiance des visiteurs.

Plus récemment, le Japon a annoncé qu’il révisait ses recommandations de voyage pour la Tunisie, levant les restrictions sur les voyages dans les régions de Nefta, Douz, Ksar Ghilen, Tataouine, Zarzis et Tabarka le 29 mars.

Le Royaume-Uni, qui a perdu 30 citoyens dans l’attaque terroriste du mois de juin, a levé son interdiction de voyager vers la Tunisie en milieu d’année 2017, maintenant toutefois un avertissement concernant de possibles activités terroristes et déconseillant les déplacements dans les régions frontalières du pays.

Un certain nombre de pays maintiennent néanmoins leurs avertissements contre les voyages en Tunisie – le Département d’Etat des Etats-Unis a par exemple déclaré le 2 janvier qu’il existait un risque persistant de terrorisme visant essentiellement les citoyens américains – soulignant l’importance de la poursuite d’une stratégie de diversification des marchés source pour le secteur du tourisme.

 

 

Improved outlook for Tunisia’s tourism sector after record-breaking 2018

En Français

More robust security has helped put Tunisia’s tourism industry back on the path to recovery, with double-digit increases in arrivals over the past two years, although it may take longer for revenue levels to match the growth in visitor numbers.

Inbound tourist traffic spiked in the first month of the year, with the Ministry of Tourism reporting a 25.1% increase in arrivals for January, to 474,145 visitors.

Most of the gains came from overseas visitors; the 387,652 foreign arrivals represented a 31% year-on-year rise, while there was a more modest 3.7% increase in the number of Tunisians living abroad who visited, to 86,493.

This builds on a strong performance in 2018, when Tunisia saw 8.3m overseas arrivals, exceeding the 8m forecast at the beginning of the year, and maintaining the momentum generated in 2017, when arrivals climbed 23% to 7m.

The 2018 result also set a new record, outpacing the 7.1m posted in 2014, the last full year before the high-profile terrorist attacks in June and November 2015.

Officials forecast the sector will again break barriers this year, projecting arrivals of 9m, boosting revenue beyond the $1.4bn recorded in 2018. Promising growth is expected to continue from the Russian and Algerian markets, as well as Europe.

This expansion is in line with the goals of Tunisia’s Vision 3+1 strategy, which aims to modernise the sector by lengthening the tourist season, attracting visitors from a larger array of countries, and improving the quality of services and products.

See also: The Report – Tunisia 2018

Tourism and the wider economic outlook

The economic impact of the tourism sector’s performance last year was also noted by the IMF.

The sector accounts for 8% of GDP and provides direct employment to some 400,000 people, mostly through seasonal contracts, according to government data.

In a statement issued on April 9, the IMF cited the travel and hospitality industry as one of the key factors contributing to 2.6% GDP growth last year. The fund predicts the economy will expand by a marginally higher 2.7% this year.

It did, however, warn that Tunisia faces challenges that could affect the tourism industry, including the possibility of spillover from regional conflicts, which could negatively impact visitor sentiment, and a slowdown in growth of EU partner countries, which has the potential to reduce disposable income.

Rising costs impact returns

Indeed, while arrivals are on the rise, Tunisia’s tourism industry remains under pressure, with outlays increasing and per capita visitor spending decreasing.

Hospitality firms relying on imported equipment and technology have seen their outlays increase due to the depreciation of the dinar, incentivising them to purchase lower-quality products in order to keep within budget, according to Boumiza Foued, general manager of hospitality equipment supplier Biens d’Equipements Hôteliers (BEH).

“For affordability purposes, companies have had to reduce their investment purchases by around 30%,” Foued told OBG.

Walid Kaffel, general manager of vehicle rental firm Budget Tunisia, echoed these sentiments, noting that inflation has made fleet re-equipping more expensive. “Car prices have doubled over the last 10 years,” he told OBG.

Kaffel similarly highlighted that although the number of overseas visitors has increased, per capita spending is down. “There is an increase in volume but not in value,” he said. “Tourists are spending much less in Tunisia than in nearby countries such as Morocco, despite having a similar number of visitors.”

Lower per capita spending could be a reflection of lower prices across the market, which are boosting Tunisia’s appeal as a holiday destination, along with the depreciation of the dinar, which makes Tunisia a more affordable holiday destination for many foreigners.

International safety rankings begin to improve

Many countries issued warnings to their citizens about travelling to Tunisia in the wake of the terrorist attacks in 2015, but many of these advisories have since been modified as the security situation has improved, encouraging an improvement in visitor confidence.

Most recently, Japan announced it was revising its travel advisory for Tunisia, lifting restrictions on visits to the Nefta, Douz, Ksar Ghilen, Tataouine, Zarzis and Tabarka regions on March 29.

The UK, which lost 30 citizens in the June terror incident, removed its ban on tourist travel to Tunisia in mid-2017, although it maintains a warning of possible terrorist activity and against visiting the country’s border regions.

Nonetheless, a number of countries maintain travel warnings for Tunisia – for example, the US Department of State stated on January 2 that there was a continued risk of terrorism and targeting of US citizens – underscoring the continued importance of diversifying source markets.

Read Next:

In Tunisia

Une nouvelle loi pour soutenir la croissance du secteur des TIC en...

La Tunisie poursuit de plus belle la diversification de son économie avec l’introduction d’une nouvelle législation destinée à soutenir l’entreprenariat dans le secteur des TIC.

In Tourism

Will restricting numbers protect Thailand against excessive tourism?

By enacting measures to preserve natural and heritage sites, Thailand is stepping up efforts to protect its visitor attractions and promote sustainable tourism, although the intervention is...

Latest

The Philippines’ central bank cuts reserves in a bid to boost liquidity

In response to a moderate slowing of economic growth, the Philippines’ central bank, Bangko Sentral ng Pilipinas (BSP), has enacted measures to boost liquidity and encourage lending.