Le secteur agricole tunisien récolte la croissance

In English

Le secteur agricole tunisien a fait mentir les pronostics la saison dernière en dégageant un profit accru malgré une baisse des volumes d'échanges, porté par la hausse des prix de certains de ses produits phares sur les marchés internationaux.

Les revenus issus des exportations de fruits et légumes ont progressé de 13 % au cours de la saison de récolte 2016/17, alors même que les volumes exportés ont reculé de 25 %, d'après le ministère de l’Agriculture.

Si les problèmes de sécurité qui frappent la Libye, l’un des principaux importateurs de denrées alimentaires tunisiennes, ont fait chuter le volume des échanges agricoles au cours de la saison 2016/17, qui s'étend d’octobre à mai, cette baisse a néanmoins été largement compensée par une hausse des prix de vente, l’ouverture d'autres marchés et la croissance considérable des exportations d’oignon et de fenouil.

Selon les données publiées par le ministère de l’Agriculture, la Tunisie a exporté 1 851 tonnes d’oignon cette saison, un résultat plus de six fois supérieur à celui de l’année précédente (247 tonnes), tandis que les exportations de fenouil ont augmenté de 10 tonnes pour s'établir à 346 tonnes.

Les producteurs de dattes peuvent eux aussi se réjouir, puisque le prix élevé des dattes tunisiennes sur les marchés mondiaux a fait grimper les profits. Les revenus de la filière des fruits ont progressé de 31,5 % cette saison, même si la production réelle a augmenté de 8 % pour s'établir à 87 000 tonnes, soit 453,6 millions de dinars tunisiens (166,4 millions d’euros).

L’Union européenne (UE), principal importateur de produits frais tunisiens, représente 69 % des parts de marché, suivie par l’Afrique (14 %), la Russie (13 %) et les pays du Conseil de coopération du Golfe (GCC, 3 %).

L’expansion du secteur s'est intensifiée ces quelques dernières années grâce à la reconnaissance mondiale de qualité des produits tunisiens, qui a permis aux producteurs locaux d’enregistrer un pic de ventes de produits biologiques dans les pays développés. L'agriculture représentait 10,4 % du produit intérieur brut (PIB) du pays en 2015, d'après les dernières données de la Banque mondiale, contre 8,2 % en 2010.

La croissance du bio

L'agriculture biologique a connu un véritable essor en Tunisie ces quelques dernières années, en particulier sur les marchés de consommation occidentaux, auxquels les nouvelles productions sont principalement destinées.

D'après les données publiées conjointement par le Centre tunisien de promotion des exportations et la Direction générale de l’agriculture biologique au mois de novembre, la Tunisie est le second pays exportateur de produits agricoles biologiques sur le continent africain, derrière l’Ouganda. En effet, quelque 65 % des 3 000 producteurs biologiques destinent exclusivement leurs produits à l’exportation.

Parmi les produits biologiques les plus prisés exportés par la Tunisie figurent les oranges maltaises tunisiennes, les dattes (Harissa, Bsissa, Deglet Ennour), les plantes aromatiques et médicinales, les vins et spiritueux et l’huile d’olive.

L'huile d'olive est de loin le produit le plus vendu, puisqu’il représentait en 2015 plus de 84 % des revenus sur le marché du biologique, chiffrés à 290 millions de dinars tunisiens (107,1 millions d’euros).

Ce taux devrait encore progresser avec les réglementations adoptées par le bloc de l’UE. Au printemps 2016, le Parlement européen a approuvé l’application d’une exonération fiscale aux importations d'huile d'olive de la Tunisie vers l’UE, plafonnées à 35 000 tonnes par an, pour cette année et l’an dernier, dans le but de favoriser la stabilisation économique à l'échelle nationale.

Le marché de la datte biologique a également enregistré une croissance particulièrement soutenue : cette saison, la production de 5 300 tonnes a été chiffrée à 35,4 millions de dinars tunisiens (12,9 millions d’euros), soit une hausse de 17,8 % par rapport à l’an dernier.

Depuis 2009, la Tunisie est le seul pays d’Afrique a être « reconnu aux fins de l’équivalence » pour exporter des produits biologiques vers l’UE.

Un secteur tourné vers l’avenir

Si les producteurs tunisiens ont bénéficié de conditions de marché favorables cette saison, les politiques et programmes de soutien gouvernementaux en faveur de l'agriculture pourraient en partie occulter les solides performances du secteur.

À la mi-mai, par exemple, l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche et l’Agence de la vulgarisation et de la formation agricoles (AVFA) ont conclu un accord avec la Banque tunisienne de solidarité afin de mettre en place un programme de soutien aux petites exploitations agricoles.

Celui-ci, qui a pour vocation de dynamiser la production animale, en particulier les secteurs de la viande bovine et de la volaille, servira à financer les idées de jeunes diplômés du Centre de formation professionnelle de Sidi Thabet, qui accueille chaque année 80 étudiants.

Chaque projet fera l’objet d’un prêt d'un montant compris entre 100 000 et 150 000 dinars tunisiens (36 400 et 54 600 euros), qui devra être remboursé dans un délai de sept ans à un taux d'intérêt de 7 % par an, inférieur à celui du marché.

En offrant aux individus hautement qualifiés l’accès à un capital initial pour financer de nouveaux projets, ces initiatives pourraient largement contribuer à l’ouverture du secteur agricole tunisien à de nouveaux produits et technologies, et ainsi favoriser la mécanisation et la croissance à long terme. 

 

 

Tunisia harvests growth in agriculture sector

En Français

The agriculture sector in Tunisia defied the odds last season as lower trade volumes yielded larger profits, driven by higher prices for some of its core products on international markets.

Revenues from fruit and vegetable exports rose by 13% during the 2016/17 harvest season, even as export volumes fell by 25%, according to the Ministry of Agriculture.

While security issues in Libya, one of the main buyers of Tunisia’s food exports, pushed down agricultural trade volumes in the 2016/17 season – which runs from October to May – these were more than offset by higher sale prices, the opening of other markets, and considerable growth in exports of onions and fennel.

Data released by the Ministry of Agriculture show Tunisia exported 1851 tonnes of onions this season, up more than six-fold on the previous year’s 247 tonnes, while fennel exports rose by 10 tonnes to reach 346 tonnes.

Date producers, too, have cause for cheer, as the high price of Tunisian dates on global markets has lifted profits. Revenues for the fruit expanded by 31.5% this season, though actual production rose by 8% to a volume of 87,000 tonnes, valued at TD453.6m (€166.4m).

The main export destination for Tunisian fresh produce is the EU, with a 69% share, followed by Africa (14%), Russia (13%) and GCC countries (3%).

The sector’s expansion has picked up momentum in recent years as Tunisian products have gained global recognition for their quality, allowing local producers to profit from a surge in sales of organic products in developed countries. Agriculture accounted for 10.4% of the country’s GDP in 2015, according to the most recent World Bank data available, up from 8.2% in 2010.

Organic growth

Organic agriculture has shown considerable growth in Tunisia over the last few years, with new production mainly directed at exports to Western consumer markets.

According to data issued jointly by the Tunisian Centre for the Promotion of Exports and the Directorate General for Organic Agriculture in November, Tunisia is Africa’s largest exporter of organic agricultural products after Uganda. Indeed, some 65% of the country’s 3000 organic farmers target their products exclusively at exports.

Among the most popular organic products exported by the country are Tunisian Maltese oranges, dates (Harissa, Bsissa, Deglet Ennour), aromatic and medicinal plants, wines and spirits, and olive oil.

Olive oil is by far the most popular of these, making up more than 84% of organic-market revenue in 2015, at TD290m (€107.1m).

This number is set to increase with regulations coming from the EU bloc. In the spring of last year, the European Parliament approved a tax waiver for olive oil imports from Tunisia into the EU – capped at 35,000 tonnes annually, for both this and last year – with a view to help stabilise the country’s economy.

The organic date market has also seen considerable growth: this season’s production of 5300 tonnes was worth TD35.4m (€12.9m), a 17.8% increase on the previous year.

Since 2009 Tunisia has been the only African country that is “recognised for the purpose of equivalence” to export organic products to the EU.

Moving forward

While Tunisian farmers have benefitted from favourable market conditions this season, government policies and support programmes promoting the sector may take some of the credit for the sector’s performance.

In mid-May, for example, the Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche and the Agricultural Education and Promotion Agency signed an agreement with Tunisian Solidarity Bank to create a programme supporting small agricultural enterprises.

Aimed at promoting growth in animal production, particularly the bovine and poultry sectors, the programme will finance the ideas of recent graduates from the Sidi Thabet Professional Education Centre, where 80 students attend classes each year.

Each project will receive between TD100,000 (€36,400) and TD150,000 (€54,600), to be paid back in seven years at a below-market interest rate of 7% per year.

By granting highly educated individuals access to seed capital for new projects, such initiatives could go a long way in opening Tunisia’s agriculture sector to new products and technologies, further boosting mechanisation and long-term growth.

Read Next:

In Tunisia

De nouveaux marchés et un retour des partenaires traditionnels...

Après une réduction du nombre d’arrivées internationales ces deux dernières années, l’heure est à la reprise pour le secteur touristique tunisien, qui enregistre à la fois une croissance sur de...

In Agriculture

Algérie : moderniser l’agriculture pour assurer la sécurité alimentaire

Les initiatives visant à intensifier la production et à accélérer la modernisation du secteur agricole algérien en alliant mesures gouvernementales et capitaux du secteur privé commencent à porter...

Latest

Sovereign investment fund assets set to double under new roadmap

Saudi Arabia is furthering plans to create the world’s largest sovereign wealth fund and use it as a vehicle for driving economic growth, a move that will have a far-reaching impact on regional...