La Tunisie poursuit la mise en œuvre de son projet solaire de 4,5 GW

Text size +-
Recommend

In English

La soumission récente de propositions portant sur la construction d’un nouveau parc solaire en Tunisie met en avant le potentiel du pays dans le domaine des énergies renouvelables, à l'heure où la demande d’énergie nationale monte en flèche.

Début août, la société britannique TuNur a soumis sa proposition au ministère de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables pour la construction d’un parc d'une capacité de 4,5 gigawatts (GW) dans le sud du pays. Si ce projet est approuvé et mis en œuvre, il permettra d’alimenter, une fois pleinement opérationnel, plus de 5 millions de foyers, ou 7 millions de véhicules électriques à travers l’Europe, et deviendra ainsi l’un des plus vastes sites de ce type à l'échelle mondiale.

Dans son dossier, TuNur expose son projet d’exporter l’énergie générée par le parc en Europe via des câbles sous-marins. L’entreprise espère développer le site de manière progressive à Rjim Maatoug, un village situé dans le gouvernorat de Kebili, qui bénéficie d’un ensoleillement deux fois supérieur à celui de l’Europe centrale.

La première tranche de l’usine, dont la construction est chiffrée à 1,6 milliard d’euros, devrait générer 250 mégawatts (MW) d’électricité ; d'après les premières estimations, elle pourrait être opérationnelle dès 2020. L'électricité produite par le parc alimentera Malte, l’Italie et la France, avant d’être redistribuée à travers le réseau européen intégré. Le projet prévoit l’installation d’un câble sous-marin reliant le réseau tunisien à Malte, d’ores et déjà relié à l’Europe. Deux autres câbles reliant la Tunisie à la France et l’Italie pourraient également être envisagés.

Des projets solaires et éoliens pour accroître la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique

Bien qu’elle cible le marché européen, la proposition de TuNur a pour toile de fond des initiatives mises en place en Tunisie visant à accroître les capacités afin de répondre à la hausse de la demande locale.

Le pays reste largement dépendant des hydrocarbures. Néanmoins, nombre des nouveaux projets exploiteront des technologies faisant appel aux énergies renouvelables dans le cadre d'une stratégie nationale ayant pour but d’augmenter leur part dans le bouquet énergétique de la Tunisie.

Au mois de juin, le gouvernement a fait part de son intention de procéder à un appel à projets pour une enveloppe totale de 400 millions de dinars tunisiens (137,7 millions d’euros), dans le but de générer une capacité combinée de 210 MW, répartie entre l'énergie solaire (70 MW) et les parcs éoliens (140 MW).

L'électricité générée dans le cadre de ces projets qui, d’après le ministère, concerneront à la fois des sites de production commerciaux et des sites de petite envergure, sera ensuite vendue à la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG), dans le cadre d’accords de contrats d’achat à long terme.

S'agissant des initiatives solaires, 10 MW de la capacité de 70 MW prévue seront répartis entre différents projets d’une capacité maximale de 1 MW, tandis que les 60 MW restant seront alloués à des projets d’une capacité maximale de 10 MW. Côté éolien, 20 MW de la capacité prévue seront alloués à des projets de petite envergure permettant chacun de générer jusqu’à 5 MW, et 120 MW à des projets plus vastes d’une capacité de 30 MW chacun.

Pour la plupart des projets, la date-limite de dépôt des offres a été fixée au 15 novembre ; cependant, un appel d’offres pour la production de 50 % des capacités éoliennes sera clos en août 2018.

Les détails concernant les appels d'offres ont été communiqués au lendemain de la décision prise en mars par le gouvernement d'attribuer un contrat de 12,5 millions d’euros à une société italienne spécialisée dans les énergies renouvelables, Ternienergia, pour la construction d’une centrale photovoltaïque d'une capacité de 10 MW. Le coût global du site, qui sera situé à Tozeur, dans le sud du pays, a été estimé à 16 millions d’euros.

La capacité de production d’énergies renouvelables atteint quelque 342 MW

La promotion des sources d’énergie renouvelables se traduit d’ores et déjà par d’importantes augmentations des capacités. D'après le ministère de l’Energie, la capacité installée totale de production d'énergie verte de la Tunisie s'établissait à environ 342 MW fin 2016.

Le gouvernement a alloué environ 1 milliard de dollars (830 millions d’euros) à des projets d'énergie renouvelable en 2017, et prévoit d’ajouter 1 000 MW de capacités de production. Au total, 650 MW seront générés dans le cadre de projets d’énergie solaire photovoltaïque, et 350 MW dans le cadre de projets d’énergie éolienne ; le secteur privé devrait apporter un financement supplémentaire de 600 millions de dollars au cours de l’année.

La Tunisie prévoit par ailleurs de couvrir 30 % de ses besoins en énergie par des sources d’énergie renouvelables à l’horizon 2030, un taux inférieur à 6 % aujourd’hui, d’après les estimations du gouvernement. D’ici là, le pays espère disposer de 4,7 GW de capacité installée d'énergie renouvelable grâce à des financements à la fois publics et privés, selon la stratégie de développement du secteur, le Plan solaire tunisien.

Le gouvernement entend tirer profit de l’exposition solaire, ou irradiation, favorable du pays, qui oscille entre 1 800 KWh par mètre carré et par an dans le nord, et 2 600 KWh par mètre carré et par an dans le sud.  

Si les initiatives engagées en faveur des énergies renouvelables ont été bien accueillies, les acteurs de l’industrie ont néanmoins souligné la nécessité de développer les infrastructures connexes.

Saïd Mazigh, directeur général de Carthage Power Company, a indiqué à OBG que le transport et le stockage de l’énergie solaire restaient problématiques, car les panneaux utilisés pour générer de l'électricité ne sont pas utilisés de façon constante. « Pour exploiter l’ensoleillement dont elle bénéficie, a-t-il précisé, la Tunisie doit investir dans les infrastructures nécessaires pour soutenir les projets d’énergie solaire. »

 

 

Tunisia pushes 4.5-GW solar project forward

En Français

The recent submission of proposals for the construction of a new solar park project in Tunisia highlight the country’s potential as a location for renewable energy projects at a time when domestic demand for power is rising rapidly.

In early August UK company TuNur submitted its proposal to the Ministry of Energy, Mines and Renewable Energies to build the 4.5-GW park in the south of the country. If approved and carried out, the project would have the capacity to power more than 5m homes, or 7m electric vehicles across Europe once fully operational, making it one of the largest facilities of its kind worldwide.

In its submission TuNur outlined plans to export power from the park to Europe via underwater cables. The firm hopes to roll out the facility as a phased development in Rjim Maatoug, located within the governorate of Kebili, which receives double the amount of exposure to the sun as central Europe.

The first segment of the plant will cost €1.6bn to build and is planned to generate 250 MW of electricity, with early estimates suggesting it could be up and running as early as 2020. Electricity produced at the park will provide power to Malta, Italy and France, before being redistributed throughout the integrated European network. The project will require installation of an underwater cable linking the Tunisian network to Malta, which is already connected to Europe. Two other cables joining Tunisia to France and Italy are also under consideration.

Solar and wind projects to boost renewables share in energy mix

TuNur’s proposal, while targeting the European market, comes against a backdrop of initiatives taking shape in Tunisia aimed at boosting capacity to meet growing local demand.

The country remains largely dependent on hydrocarbons. However, many of the new ventures will harness renewable energy technologies as part of a national drive to boost their contribution to Tunisia’s energy mix.

In June the government announced plans to tender projects worth a total of TD400m (€137.7m) that will provide a combined 210 MW of capacity, split between solar power (70 MW) and wind farms (140 MW).

Output from these projects – which the ministry said would include both small-size and utility-scale production facilities – will then be bought by public utilities company Société Tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) under long-term power purchase agreements.

For solar initiatives, 10 MW of planned capacity will be distributed among projects of up to 1 MW, with the remaining 60 MW to be awarded for projects with a maximum capacity of 10 MW. For wind power, meanwhile, 20 MW of planned capacity will be allocated to smaller projects of up to 5 MW and 120 MW to larger projects of up to 30 MW each.

Bids for most projects are scheduled to close on November 15, although a tender for half of the wind-power capacity will be finalised in August 2018.

News of the bids follows a government decision in March to award a €12.5m contract to Italian renewable energy company Ternienergia to develop a 10-MW solar power facility. The overall cost of the plant, to be located in Tozeur in the country’s south, has been estimated at €16m .

Generating capacity of renewables reaches some 342 MW

The push for renewable energy is already leading to large capacity increases. According to the energy ministry, Tunisia’s total installed green power generating capacity had reached approximately 342 MW by the end of 2016.

The government allocated some $1bn (€830m) for renewable energy projects in 2017, with the aim of adding 1000 MW of generation capacity. A total of 650 MW will be sought from solar photovoltaic power projects and 350 MW from wind, while the private sector is expected to contribute an additional $600m over the course of the year.

Tunisia further expects to source 30% of domestic energy needs from renewables by 2030, compared to less than 6% today, according to government estimates. By that time it hopes to have 4.7 GW of installed capacity from renewables using both state and private funding, according to the sector development blueprint, the Tunisian Solar Plan.

The strategy aims to capitalise on the country’s favourable solar exposure, or irradiation, which ranges from 1800 KWh per sq metre per year in the north to 2600 KWh per sq metre per year in the south.  

While the move towards renewables has met with widespread approval, industry players have also highlighted the need for more supporting infrastructure.

Saïd Mazigh, general manager, Carthage Power Company, told OBG that transporting and storing solar energy remained an issue, as panels used to generate power are not in constant use. “For Tunisia to capitalise on its sunshine resources,” he said, “it needs to invest in the necessary infrastructure to support solar energy projects.”

Read Next:

In Tunisia

De nouveaux marchés et un retour des partenaires traditionnels...

Après une réduction du nombre d’arrivées internationales ces deux dernières années, l’heure est à la reprise pour le secteur touristique tunisien, qui enregistre à la fois une croissance sur de...

In Energy

Argentina explora gas de esquisto y varias opciones de energía...

Argentina, que siempre ha sido uno de los mercados petroleros y de gas natural más destacados de América del Sur, se orienta cada vez más hacia formas alternativas de energía. Para...

Latest

Louvre opening to bolster Abu Dhabi’s cultural tourism segment

Abu Dhabi’s tourism sector marked a significant milestone earlier this month, with the official opening of its landmark cultural project, the Louvre Abu Dhabi, on November 11.