La Tunisie et la Chine renforcent leurs relations bilatérales avec des contrats d’une valeur de 425 millions d’euros

Text size +-
Recommend

In English

Trois contrats historiques ont été signés entre la Tunisie et la Chine, dans le but d’élargir des relations entre les deux pays.

Lors d’un sommet bilatéral organisé à Tunis début juillet, des entreprises tunisiennes ont signé des conventions de partenariats avec des firmes chinoises pour une valeur totale de 1,2 milliards de dinars (424,9 millions d’euros) dans les domaines du commerce, de la technologie et de la finance. Le sommet était consacré à la recherche d’axes de coopération économique et technologique entre les deux pays.

Le premier contrat, conclu entre le Tunisien Groupe Loukil et la Banque industrielle et commerciale de Chine (Industrial and Commercial Bank of China, ICBC) verra cette dernière assumer le financement d’un méga-projet, le Tunisia Africa Mall, devant être bâti à Raoued, au nord de Tunis, pour 157,69 millions de dinars (55 millions d’euros). La construction de ce centre commercial de 100 000 mètres carrés, annoncé comme le plus grand de Tunisie, sera entreprise par la China State Construction Engineering Corporation, qui devrait inaugurer le chantier d’ici à la fin de l’année.

Le sommet fut également le cadre de la signature d’un protocole d’entente entre l’entreprise nationale SIAME et la multinationale de réseaux et de télécoms chinoise Huawei pour le développement d’une solution de comptage intelligent pour le compte de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz, un service public.

Le troisième contrat, signé entre l’ICBC et Amen Bank, amènera les deux bailleurs à coopérer sur l’attribution de crédits syndiqués pour des projets d’envergure en Tunisie. Tout octroi de crédit sera cependant soumis à la condition d’une participation chinoise au projet, que ce soit dans le domaine de la construction, de l’ingénierie, de la fourniture d’équipements ou du transfert de technologie.

Elargir la coopération, stimuler la croissance

Ces nouveaux projets emboîtent le pas à d’autres accords d’investissement importants entre les deux pays, qui ont accru la coopération économique et technologique dans une variété de secteurs, au nombre desquels la finance, le tourisme, et la santé, répondant ainsi à la volonté de la Tunisie de diversifier ses sources d’investissement afin de s’affranchir de sa dépendance à ses partenaires traditionnels et de renforcer les flux financiers liés aux investissements directs étrangers (IDE).

Par exemple, fin mai, l’Association professionnelle tunisienne des banques et établissements financiers a signé avec la Banque de développement de Chine un accord cadre portant sur l’apport de financements aux petites et moyennes entreprises (PME), octroyant aux PME des lignes de crédit pour des projets dans des secteurs variés, allant de l’agro-alimentaire aux énergies renouvelables.

Ces efforts de rapprochement font suite à une hausse des IDE chinois enregistrés par l’Agence de Promotion de l’Investissement Extérieur (Foreign Investment Promotion Agency, FIPA) tunisienne.

Selon l’agence, les investissements chinois ont cru de 57% entre 2015 et 2016, pour atteindre 2,2 milliards de dinars (762,5 millions d’euros). La part chinoise du total des IDE n’en demeure pas moins marginale en comparaison avec d’autres pays. La France, premier partenaire d’investissement du pays, y a investi une somme de 364,5 milliards de dinars (126,3 milliards d’euros) en 2016.

En 2016 le montant total des IDE s’établissait à 2% seulement du PIB, ce qu’un rapport du FMI qualifie de nouveau record à la baisse. Cependant les projections du fonds pour cette année et la prochaine, de l’ordre de 2,5 à 3%, pourraient présager d’un début de retournement de la situation. Une perspective corroborée par les données officielles en matière d’IDE pour le premier trimestre 2017, qui ont enregistré une hausse de 16,6% en glissement annuel, selon des chiffres de la FIPA rapportés par les médias locaux.

Les réformes économiques améliorent le climat des affaires

Le déploiement par la Tunisie d’une nouvelle loi sur l’investissement au mois de janvier de cette année pourrait aider le pays à capitaliser davantage encore sur la récente reprise des investissements internationaux, en assurant la pérennité sur le long terme du renforcement des flux financiers liés aux IDE.

La loi simplifie le cadre d’investissement, facilite le transfert de fonds hors du pays par les entreprises et fournit diverses mesures d’incitation à l’investissement, dont des exonérations fiscales s’étendant sur une période allant jusqu’à 10 ans pour certains projets et des subventions pouvant s’élever jusqu’à 30 millions de dinars (10,4 millions d’euros).

En outre, elle a créé un certain nombre d’organismes consacrés à des dimensions spécifiques de l’investissement : une nouvelle instance d’investissement devant aider les investisseurs à mieux faire face aux exigences administratives et bureaucratiques du pays; un Conseil supérieur d’investissement chargé de piloter les politiques et mesures en matière d’investissement; et un fonds d’investissement allouant des subventions pour encourager l’investissement. 

Ce nouveau cadre permet également l’ouverture aux investissements étrangers davantage de secteurs, bien que les domaines d’activité en question ne soient pas encore clairement identifiés. A l'heure actuelle, les étrangers ont besoin de l’autorisation du gouvernement avant de pouvoir investir dans 51 secteurs différents.

 

 

Tunisia signs deals worth €425m with China, deepening bilateral ties

En Français

Three landmark deals have been signed by Tunisia and China in a move to expand relations between the two countries.

At a bilateral summit held in Tunis in early July, Tunisian companies inked partnership agreements with Chinese firms worth a total of TD1.2bn (€424.9m) in commerce, technology and finance. The summit focused on exploring areas of economic and technological cooperation between the two countries.

The first deal, between Tunisia’s Groupe Loukil and the Industrial and Commercial Bank of China (ICBC), will see ICBC provide financing for the TD157.69m (€55m) Tunisia Africa Mall mega-project in Raoued, north of Tunis. Construction of the 100,000-sq-metre shopping centre – set to be the largest in Tunisia – will be undertaken by the China State Construction Engineering Corporation, with work expected to begin before the end of the year.

The summit also saw a memorandum of understanding signed between domestic firm SIAME and Chinese networking and telecoms multinational Huawei to develop a smart metering solution for the public utility Tunisian Electricity and Gas Company.

The third deal, between ICBC and Amen Bank, will see the two lenders cooperate in the granting of syndicated loans for major projects in Tunisia. One condition of any extension of credit, however, will be that the project has an element of Chinese involvement, whether that is in construction, engineering, the supply of equipment or technology transfer. 

Expanding cooperation, promoting growth

The new projects follow on the heels of other significant investment deals between the two countries that have enhanced economic and technological cooperation across a range of fields, including finance, tourism and health care, in line with Tunisia’s efforts to diversify away from its more traditional investment partners and bolster foreign direct investment (FDI) inflows.

In late May, for example, the Tunisian Professional Association of Banks and Institutions signed a framework agreement with China Development Bank to provide funding to small and medium-sized enterprises (SMEs), extending lines of credit to SMEs for projects in a variety of sectors, ranging from agri-business to renewable energy.

Efforts to improve ties come on the back of an increase in FDI from China recorded by the Tunisian Foreign Investment Promotion Agency (FIPA). According to the agency, between 2015 and 2016 Chinese investment rose by 57% to reach TD2.2bn (€762.5m). However, China’s share in total FDI is still marginal compared to other countries. Investment from France, the country’s biggest investment partner, totalled TD364.5bn (€126.3bn) in 2016.

In 2016 overall FDI stood at just 2% of GDP, which according to a report by the IMF is a new low. However, the fund’s projections for this year and the next – at 2.5-3% – could indicate this situation is beginning to change. This view is borne out by official FDI data for the first quarter of 2017, which posted a year-on-year rise of 16.6%, according to FIPA figures reported in local media.

Economic reforms improve the business environment

Tunisia’s roll out of a new investment law in January this year could help the country capitalise further on the recent uptick in international investments, ensuring FDI inflows continue to strengthen over the long term.

The law simplifies the investment framework, makes it easier for businesses to transfer funds out of the country and provides various incentives for investment, including tax exemptions for up to 10 years for some projects and grants of up to TD30m (€10.4m).

In addition, it created a number of bodies in charge of specific aspects of investment: a new investment authority intended to help investors better navigate the country’s administrative and bureaucratic requirements; a High Investment Council to regulate investment policy and initiatives; and an investment fund for the allocation of grants to promote investment.

The new framework also permits the opening of more sectors to foreign investment, although it is not yet clear which industries will benefit. At present, foreigners require permission from the government before they can invest in 51 different industries.        

Read Next:

In Tunisia

De nouveaux marchés et un retour des partenaires traditionnels...

Après une réduction du nombre d’arrivées internationales ces deux dernières années, l’heure est à la reprise pour le secteur touristique tunisien, qui enregistre à la fois une croissance sur de...

In Economy

Lee Ark Boon, CEO, International Enterprise Singapore

What do you think is driving the growing infrastructure gaps throughout emerging and developing economies in Asia?

Latest

Lee Ark Boon, CEO, International Enterprise Singapore

What do you think is driving the growing infrastructure gaps throughout emerging and developing economies in Asia?