Des soutiens internationaux viennent étayer les ambitions touristiques de Djibouti

Text size +-
Recommend

In English

A l’heure où l’Etat djiboutien poursuit sa politique d’investissement dans le développement touristique, une série de grands projets devrait permettre au pays d’accroître son nombre de visiteurs étrangers dans les années à venir.

Parmi les principaux projets en cours, citons notamment la construction d’un aéroport à Ras Siyyan dans la région d’Obock au nord de Djibouti, dont le montant des travaux, qui ont déjà démarré, s’élève à 200 millions de dollars.

Le financement de l’Aéroport International Ahmed Dini sera effectué par le biais d’un accord de prêt de développement chinois et sa construction par le groupe de BTP chinois CCECC (China Civil Engineering Construction Corporation). Le chantier a débuté en janvier 2015 et le complexe devrait disposer d’une capacité d’accueil de 350 000 passagers à son ouverture d’ici la fin de l’année, un chiffre destiné à être porté à 767 000 d’ici 2021.

« Le pays dispose d’un grand potentiel [touristique] dans la région, surtout si les infrastructures de transport sont améliorées,» a déclaré le Directeur de l’Office National du Tourisme de Djibouti (ONTD) Mohamed Abdillahi Waiss à OBG l’an dernier.

Nuitées et vols régionaux

Le potentiel touristique de Djibouti attire d’ores et déjà des promoteurs hôteliers de la région. Boston Partners, entreprise éthiopienne spécialisée dans la construction de complexes touristiques, s’attèle actuellement au chantier d’un complexe de 653 000 m² sur l’Île Moucha, située à 15 minutes de bateau au large de la ville de Djibouti dans le Golfe de Tadjourah.

La première phase du projet, qui a nécessité un investissement total d’environ 7 millions de dollars, devrait être terminée cette année. Le groupe entend ensuite construire un deuxième établissement près du Lac Assal dans le centre de Djibouti.

Parallèlement à la construction de ce nouvel établissement, on a pu observer ces derniers temps des initiatives de développement des liaisons aériennes dans la région. Au mois de mars, Air Djibouti, la compagnie aérienne nationale qui a récemment repris ses activités, a annoncé son intention de collaborer plus étroitement avec d’autres opérateurs régionaux, tels qu’Ethiopian Airlines et Kenya Airways.

S’exprimant dans les médias, le PDG d’Air Djibouti, Mario Fulgoni, a affirmé que de tels partenariats profiteraient à Djibouti et à l’économie régionale en général car ils sont synonymes d’une augmentation du trafic aérien, d’une efficacité accrue et d’une réduction des prix.

« Se pencher ensemble sur le partage de code, l’interconnexion et la gestion de nos calendriers de vols nous permettra de proposer aux clients le service le plus efficace possible plutôt que d’être en concurrence. C’est toute l’économie est-africaine qui en récoltera les fruits, » a-t-il déclaré.

Soutien de l’Etat

Ces projets touristiques portés par le secteur privé s’accompagnent d’une politique gouvernementale qui fait du financement du développement du secteur une priorité, mettant tout particulièrement l’accent sur les zones à fort potentiel de croissance.

L’Office National du Tourisme de Djibouti (ONTD) s’est vu accorder un budget de 206 millions de francs Djibouti (1,2 million de dollars) pour l’année 2017 – soit à peu près le même montant que l’an dernier – dans le cadre d’une stratégie de longue haleine qui vise à accroître la visibilité de Djibouti en tant que destination touristique et à améliorer son image à l’étranger.

Afin d’amplifier encore davantage le profit attendu de l’ouverture de nouveaux marchés, l’ONTD mise en particulier sur le développement de l’écotourisme et du tourisme balnéaire, avec pour objectif d’attirer jusqu’à 66% des visiteurs internationaux vers les régions côtières de Djibouti.

La stratégie retenue à cet effet comporte la création de zones économiques spéciales dédiées au tourisme dans des régions ciblées afin d’encourager la construction de nouveaux équipements, notamment en matière d’hébergement, de promouvoir les opportunités d’investissement dans le secteur et de renforcer les ressources humaines.

Stratégie de développement

Situé sur la Mer Rouge dans le Golfe d’Aden, Djibouti regorge de sites touristiques avec notamment des plages de sable blanc, des lacs salés, des champs de lave et des sites de plongée.

Selon les derniers chiffres publiés par la Banque Mondiale et l’ONTD, le nombre annuel de visiteurs à Djibouti s’élevait à 73 000 en 2014, un chiffre certes peu élevé dans l’absolu mais en très nette amélioration par rapport aux volumes enregistrés au début du siècle, où l’on dénombrait moins de 2000 touristes par an.

L’Etat cherche désormais à exploiter les attractions naturelles de Djibouti pour stimuler une nouvelle phase de croissance dans le secteur, et ce dans le cadre d’une stratégie plus vaste d’expansion et de diversification économique.

Le tourisme constitue un élément clé de la Vision 2035, la stratégie nationale de développement lancée en 2014 qui vise à diversifier l’économie à maintenir la dynamique de croissance.

La stratégie, qui bénéficie du soutien de la Banque Mondiale, entend faire du tourisme l’un des piliers économiques de Djibouti au cours des vingt prochaines années, en prenant exemple sur les stations balnéaires de Charm el-Cheikh et Hurghada en Egypte.

L’un des objectifs poursuivis est de porter le nombre de visiteurs internationaux à 500 000 par an d’ici 2030, dont la moitié en provenance d’Asie. La stratégie espère également faire passer la contribution du tourisme au PIB à 15% d’ici 2035, contre 2% en 2016.

L’expansion touristique devrait également aider Djibouti à lutter contre un taux de chômage élevé – 39% en 2016, selon des données du FMI- en créant de nouveaux emplois dont le pays a grandement besoin. L’ONTD estime que le développement du secteur pourrait entraîner la création de près de 2900 nouveaux postes au cours des quatre prochaines années, multipliant quasiment par deux le nombre de personnes employées dans le secteur, estimé aujourd’hui à 3000.

 

 

Djibouti’s tourism ambitions garner overseas support

En Français

A spate of new capital projects should help Djibouti increase overseas visits in the coming years, as the government continues to prioritise spending on tourism development.

Among the biggest developments under way is a new $200m airport, which is currently under construction at Ras Siyyan in the Obock region of north Djibouti.

The Ahmed Dini Ahmed International Airport is being financed via a Chinese development loan agreement and built by China Civil Engineering Construction Corporation. Construction started in January 2015, and the facility is expected to accommodate 350,000 passengers when it opens by the end of this year, with that number rising to 767,000 by 2021.

“The country holds great [tourism] potential for regional markets, especially if transport infrastructure is improved,” Mohamed Abdillahi Waiss, director of the National Tourism Office of Djibouti (Office National du Tourisme de Djibouti, ONTD), told OBG last year.

Hotel nights and regional flights

Djibouti’s tourism potential is already attracting regional hotel developers. Boston Partners, an Ethiopian firm specialised in building resorts, is constructing a 653,000-sq-metre resort on Moucha Island, located a 15-minute boat ride from Djibouti City on the Gulf of Tadjoura.  

The first phase of the approximately $7m hotel is expected to be completed later this year, and the firm has plans to build a second facility near Lake Assal in central-western Djibouti.

Development of the new facility dovetails with recent efforts to expand air links in the region. In March Air Djibouti, the country’s recently relaunched national carrier, announced its intention to explore closer ties with other regional operators, such as Ethiopian Airlines and Kenya Airways.

Mario Fulgoni, CEO of Air Djibouti, told media such partnerships would benefit both Djibouti and the broader regional economy by increasing traffic, improving efficiency and reducing prices.

“We can look at things like code sharing, interlinking and managing our schedules so we can give the most efficient service to the public rather than compete. This will benefit the whole economy in east Africa,” he said.

State support

Alongside private sector tourism projects, the Djibouti government is continuing to prioritise funding for development in the sector, with a focus on areas with high growth potential.

The budget for the National Tourism Office of Djibouti (Office National du Tourisme de Djibouti, ONTD) was set at DJF206m ($1.2m) for 2017 – roughly the same level as last year – as part of sustained efforts to help raise Djibouti’s profile as a tourist destination and improve its image abroad.

To further leverage the opening of new markets, the ONTD is targeting the development of ecotourism and beach tourism, with the aim of drawing up to 66% of international visitors to Djibouti’s coastal areas.

Its vision includes creating special economic zones for tourism in targeted areas to encourage the construction of new facilities, including accommodation, as well as promoting investment opportunities in the sector and strengthening human resources.

Vision for development

With its location on the Red Sea and the Gulf of Aden, Djibouti has plenty to offer tourists, including white sandy beaches, salt lakes, volcanic fields and diving sites.

According to the most recent figures available from both the World Bank and the ONTD, annual visitor numbers stood at 73,000 in 2014, modest in absolute terms, but a huge improvement on volumes at the turn of the century, which fell short of 2000.

The government is now looking to harness Djibouti’s natural attractions to help drive a new phase of industry growth, as part of its broader plans for economic expansion and diversification.

Tourism was identified as a key component of Vision 2035, the national development strategy launched in 2014, aimed at diversifying the economy and maintaining growth momentum.

Supported by the World Bank, the strategy plans to make tourism one of Djibouti’s economic pillars over the next two decades, using Sharm El Sheikh and Hurghada in Egypt as development models.

Its targets include increasing international visitor numbers to 500,000 annually by 2030, with half of those arrivals expected to come from Asia. The strategy also aims to boost tourism’s contribution to GDP to 15% by 2035, up from 2% in 2016.

Tourism expansion is also expected to help Djibouti tackle its high levels of unemployment by creating much-needed new jobs. The country’s jobless rate stood at 39% in 2016, according to data from the IMF. ONTD forecasts suggest the industry’s development could generate around 2900 new positions over the next four years, nearly doubling the estimated 3000 employed by the sector today.

Read Next:

In Djibouti

Construction d’une nouvelle usine de dessalement et d’une conduite d’...

Deux projets visant à renforcer les ressources en eau de Djibouti participeront au développement de secteurs clés, tout en répondant aux besoins immédiats de la population locale.

In Tourism

Louvre opening to bolster Abu Dhabi’s cultural tourism segment

Abu Dhabi’s tourism sector marked a significant milestone earlier this month, with the official opening of its landmark cultural project, the Louvre Abu Dhabi, on November 11.

Latest

Louvre opening to bolster Abu Dhabi’s cultural tourism segment

Abu Dhabi’s tourism sector marked a significant milestone earlier this month, with the official opening of its landmark cultural project, the Louvre Abu Dhabi, on November 11.